ADEME : tout savoir sur ses projets de rénovation énergétique, de financement, de mix énergétique

Jeudi 6 Décembre, le conseil d’administration de l’ADEME a voté le budget 2019. S’élevant à 761 millions d’euros, il permet une augmentation de différends fonds permettant la longévité des fonds chaleur renouvelable, fonds air mobilités, et assure la prise en charge de rénovations énergétiques,

Qu’est-ce que l’ADEME ?

L’ADEME est un établissement public sous tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’acronyme correspond à l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie.

Quelles sont les missions de l’ADEME ?

La mission principale de l’ADEME consiste à la mise en place de politiques publiques dans les domaines du développement durable et de l’énergie. Douée d’expertise dans le domaine, elle assure un rôle d’accompagnement et de conseils qu’elle réserve aux entreprises, collectivités locales, au grand public mais aussi aux pouvoirs publics. L’Agence participe en outre au financement de projets de transition énergétique. Ses domaines d’action comprennent notamment : la gestion des déchets, la qualité de l’air, les économies de matières premières, la préservation des sols, la transition vers l’économie circulaire, la lutte contre le bruit, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, ou encore la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Mix Energétique : Quel objectif de l’ADEME pour l’horizon 2060 ?

Selon « Trajectoires d’évolution du mix électrique 2020-2060 » l’ADEME prévoit une baisse du coût de l’électricité pour les foyers français. Une estimation jugée possible grâce au développement pour 2050 de la part des énergies renouvelables. Cette estimation monte à 95% pour 2060, contre 85% pour l’année 2050. L’étude précise en outre, un prolongement d’une partie du parc nucléaire historique. Cette action permettrait de réaliser une transition plus efficiente et permettrait d’éviter une pénurie énergétique qui impliquerait des conséquences climatiques et économiques désastreuses.

Concrètement, à échelle du consommateur, l’augmentation progressive de la part des ENR (Énergies Renouvelable) dans le mix électrique va permettre de faire baisser le coût total de l’électricité jusqu’à 90 €/MWh hors taxe sur du long terme. (Source: ADEME) Le coût actuel s’élevant actuellement à 100 €/MWh, cette estimation comprend l’augmentation prévisible du prix des énergies fossiles et du CO2, mais aussi l’ensemble des coûts liés au système de production et d’approvisionnement électrique (production, réseau, stockage, importation…) pour les 7 années à venir.

Transition écologique et nucléaire : deux entités complémentaires ?

En complément des énergies renouvelable et de leur développement sur le territoire, l’opportunité d’une évolution de filière nucléaire nouvelle génération (EPR) est à l’étude. Selon les scénarios étudiés, le développement d’une filière EPR ne permettrait pas au système électrique français d’être économiquement compétitif. La construction et le démarrage d’un seul EPR d’ici à 2030 nécessiterait 4 à 6 milliards d’euros d’investissement public. Malgré les économies d’échelle prises en compte (le coût de production des EPR représenterait 70€/MWh) le développement de cette filière nécessitera 39 milliards d’euros à la nation. Pour pallier aux coûts et aux besoins des consommateurs, il est de fait, nécessaire d’entamer un prolongement d’une partie du parc nucléaire historique avec pour objectif de passer à 50% de nucléaire d’ici 2035.

ADEME : nette augmentation des fonds

Fonds « Chaleur renouvelable » : 55% de hausse par rapport à 2017

Géré par l’ADEME depuis 2009, le programme « Fonds Chaleur » a destination de l’habitat collectif, des collectivités et des entreprises renforce drastiquement son budget d’action de 55%. En adéquation avec les nouvelles directives de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le dispositif est porté à 307 millions d’euros. Le but de la démarche est de généraliser la chaleur renouvelable via des solutions compétitives, produites localement et encourager la substitution des ressources importées (type gaz ou fuel) qui concernerait largement les industriels et prestataires français.

Un fonds « air mobilités » porté à 30 millions d’euros

Également porté à 50% de hausse, le nouveau Fonds Air Mobilité consacre 30 millions d’euros à l’accompagnement des projets de loi tels que l’orientation des mobilités et le plan hydrogène. 2019 sera également dédié au lancement de projets voués aux acteurs de la mobilité et accompagnera des actions en faveur de la qualité de l’air dans 15 zones sélectionnées pour l’urgence de situation de santé publique qui les anime.

Economie circulaire, déchets et les sites pollués : 185 millions d’euros de budget débloqué

Pour accompagner la feuille de route pour l’économie circulaire, un budget de 185 millions d’euros a été débloqué pour répondre aux besoins de l’économie circulaire, les déchets et les sites pollués.

Rénovation énergétique : 34 millions d’euros pour le programme bâtiment durable

Initié en 2018, le « plan Rénovation » entre en déploiement opérationnel courant 2019. Sous le nom de marque FAIRE, l’ADEME poursuivra sa campagne de communication autour de la rénovation énergétique de l’habitat. Des discussions avec des professionnels du secteur sur les dispositifs d’accompagnement des particuliers à mettre en place pour les rendre plus efficaces.

ademe