Un conseiller disponible au
Le Guide de l'énergie » Le plan de relance fait la part belle à l’énergie verte

    Le plan de relance fait la part belle à l’énergie verte


    En cette période de rentrée, l’urgence est à la reprise de l’activité afin de «
    bâtir la France de 2030 ». C’est dans ce but et selon ses termes, que Jean Castex a officiellement déployé son plan de relance le 3 septembre dernier.

    Focus sur la logique écologique, volet central du plan qui reçoit une enveloppe consistante. Elle approche en effet le tiers des dépenses globales de 100 milliards d’euros prévues par le Premier ministre sur les deux années à venir.

    Énergies et technologies vertes

    En préambule, ce volet principal prévoit une enveloppe de 6 milliards d’euros répartis entre le développement des marchés clés en matière de technologies vertes et le soutien des secteurs aéronautique et automobile. Pour le reste, quid de l’énergie ?

    ZOOM SUR L’HYDROGÈNE VERT

    Sur ces thèmes, le plan met l’accent sur l’hydrogène vert. Pour rappel, c’est le procédé d’électrolyse de l’eau qui produit l’hydrogène. Le plan de relance qualifie ce gaz de « vert » dès lors que son mode de production électrique l’est aussi. Ainsi, l’électricité d’origine doit être renouvelable ou bas carbone, le nucléaire étant inclus dans cette dernière catégorie.

    Pour développer cette filière efficacement en soutenant des projets en France, le plan de relance y consacre 2 milliards d’euros. Cette enveloppe sera complétée par le budget du PIA 4*  pour atteindre les 7,2 milliards à l’horizon 2030.

    SOUTIEN DU NUCLÉAIRE

    Nuclear power plant after sunset. Dusk landscape with big chimneys.

    Le gouvernement entend également soutenir la filière nucléaire. Il s’agit d’abord d’encourager la modernisation des infrastructures existantes pour porter les compétences et la compétitivité des entreprises du secteur.

    Mais le plan vise aussi l’innovation en citant Nuward. C’est un projet français prometteur de mini réacteur modulaire qui utilise des réacteurs à eau pressurisée. Ce double objectif monopolisera à terme 470 millions d’euros. Les premiers 200 millions sont prévus dans le nouveau plan de relance, le solde étant garanti par le PIA 4*.

    Transports et bâtiments se mettent au vert

    LE TRANSPORT DANS LE VISEUR

    Le domaine des transports est dans le viseur en tant que premier émetteur de gaz à effet de serre, à hauteur de 40% des émissions de CO2 du pays. C’est pourquoi plus de 8,5 milliards d’euros sont dirigés vers le verdissement du secteur.

    La priorité majeure réside dans le développement du mode ferroviaire. Il recueille une dotation de 4,7 milliards d’euros dans le plan de relance. Suivent le soutien à l’achat de véhicules dits « propres » ou peu émetteurs (1,9 milliards d’euros), les transports en communs et le vélo (1,2 milliards). Les travaux d’infrastructures (dont l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques) ou encore la mise au vert du parc automobile étatique complètent ce dispositif d’envergure

    Eco friendly transportation concept. 3d rendering of green green truck icon on fresh spring meadow with blue sky in background.

    LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE TOUS LES BÂTIMENTS

    Hand with work glove holding a wooden model house on a desk with a tablet computer with an energy efficiency rating and work tools

    L’ensemble des bâtiments français sont la cause de près d’un quart des émissions de gaz à effet de serre. Ils consomment plus de 40% de l’énergie produite dans le pays. La priorité de la rénovation énergétique tient donc une place importante dans le plan de relance, pour un budget total de 6,7 milliards d’euros.

    Ainsi, 4 milliards d’euros sont consacrés à la rénovation des bâtiments publics. En second lieu, le dispositif « MaPrimeRénov’ », jusqu’alors accessible par les particuliers sous conditions, est largement étendu avec une aide de 2 milliards d’euros supplémentaires.

    Dans le même esprit, l’amélioration énergétique du parc des logements sociaux reçoit une enveloppe de 500 millions d’euros. Enfin, les petites et moyennes entreprises sont également encouragées dans cet objectif de rénovation énergétique avec un coup de pouce de 200 millions d’euros pour verdir leurs locaux.

    *4ème Programme d’investissements d’avenir

    Un conseiller disponible au
    Retour haut de page