Stockage des données : L’ADN pour réduire la consommation d’énergie ? %
Accueil » Actualités » Stockage des données : L’ADN pour réduire la consommation d’énergie ?
09 88 90 39 71
Profitez de nos offres partenaires

Stockage des données : L’ADN pour réduire la consommation d’énergie ?

Sommaire :
    Article mis à jour le 24 novembre 2021

    Les datas-centers, ces « fermes de stockage » des données numériques du monde entier représentent à eux seuls environ 2% de la production d’énergie mondiale. Une consommation élevée, indispensable au fonctionnement et au refroidissement de millions de serveurs répartis sur l’ensemble du globe. Avec le développement du cloud, du streaming et l’impératif de sécurisation des données, cette consommation d’énergie ira de manière croissante dans les années à venir… 

    L’ADN comme solution au stockage des données ?

    Les technologies actuelles de stockage de données reposent sur des méthodes physiques et chimiques. Et si le biologique était l’avenir du stockage ? 

    Deux petites capsules de stockage contenant des brins d’ADN de synthèse viennent de faire leur entrée aux Archives nationales de Paris. Leur contenu ? Deux textes historiques, fondateurs du fonctionnement de notre démocratie. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouge de 1791. Les capsules ne contiennent pas une, mais 100 milliards de copies de ces textes historiques et symboliques. 

    Ces sont les toutes premières données stockées et conservées sous forme d’ADN. Cette technologie de stockage offre une manière beaucoup plus durable et surtout moins volumineuse que le stockage numérique physique classique. Et surtout, elle ne demande quasiment aucune consommation d’énergie

    Un gain de place et d’énergie sans commune mesure

    Les chercheurs du CNRS à l’origine de cette prouesse promettent une garantie des données pendant plus de 50.000 ans. Contrairement au stockage sur les supports physiques (optiques, bandes magnétiques ou disques durs) qui affichent une durée de vie de 5 à 7 ans. Et toujours selon ces scientifiques, le volume nécessaire pour le stockage des données serait réduit de manière radicale. Alors que les infrastructures actuelles représentent environ déjà près de 170 km2 sur l’ensemble de la planète, la totalité des données mondiales pourraient être contenues dans le volume d’une tablette de chocolat. Les besoins en énergie seraient alors quasi nuls.

    A l’heure actuelle, cette méthode de stockage demeure très coûteuse et particulièrement complexe sur le plan technique, notamment pendant les phases d’encodage et de décodage des données. Reste que compte tenu des enjeux actuels, elle offre des solutions particulièrement séduisantes pour réduire significativement la consommation des datas-centers. Les chercheurs du CNRS prévoient une exploitation viable et plus économique du DNA Drive d’ici 2030.

    09 88 90 39 71
    Profitez de nos offres partenaires
    Service rapide
    RAPIDE

    Nos conseillers sont disponibles immédiatement

    Démarches simples
    SIMPLE

    Nous vous accompagnons dans vos démarches : souscription, résiliation

    Service rapide
    GRATUIT

    Notre service est entièrement gratuit

    Retour haut de page