09 88 90 39 71
Profitez de nos offres partenaires
Accueil » Actualités » Le Gaz et le nucléaire, énergies vertes pour l’Union Européenne ?

Le Gaz et le nucléaire, énergies vertes pour l’Union Européenne ?

Sommaire
    Article mis à jour le 6 janvier 2022

    Le gaz et le nucléaire vont-ils désormais être classifiés comme des énergies vertes ? Ce pourrait être le cas si l’on en croit la commission européenne de Bruxelles qui projette de leur accorder un label « vert ». Une décision qui favoriserait les investissements dans ces types d’énergie en privilégiant les objectifs d’atteinte de neutralité carbone.

    Cela peut paraitre contradictoire et pourtant... Gaz et nucléaire pourraient être les pierres angulaires de la lutte contre le réchauffement climatique…

    Un enjeu financier pour soutenir les énergies vertes

    Le texte proposé en toute fin d’année se réfère à la classification des sources d’énergie et le sujet est essentiellement financier. Il s’intègre dans un dossier dénommé « Taxonomie verte européenne ». Il permet de déterminer le degré de durabilité de telle ou telle énergie pour définir leurs conditions de financement. Cette « taxonomie » est l’un des éléments clés pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050.

    Ce concept suscite un débat particulièrement vif entre différents représentants des pays européens. Les Français, particulièrement en pointe sur le sujet nucléaire poussent pour que ce principe s’applique à ce type d'énergie. Les Allemands, qui ont tourné le dos au nucléaire, s’y opposent et insistent pour que le gaz soit labélisé.

    La commission européenne se penche donc sur le sujet et émet des conditions drastiques pour que ces deux types d’énergies soient considérées comme durables.

    Pour le nucléaire, les travaux de prolongation des centrales existantes devront être autorisés avant 2040 tandis que les permis délivrés aux nouveaux projets devront être accordés avant 2045. Le texte définit aussi des conditions particulières en ce qui concerne le traitement des déchets et le démantèlement des centrales obsolètes.

    En ce qui concerne le gaz, des seuils d’émissions seront définis. Moins de 100g de CO2 par kWh pour les nouvelles centrales. Pour les infrastructures ayant obtenus leur permis avant le 1er janvier 2031, le seuil pourra être relevé à 270g si elles viennent en remplacement de centrales plus polluantes.

    En intégrant le gaz et le nucléaire, la commission ménage ainsi la chèvre et le chou ou en l’occurrence l’Allemagne et la France. Les premiers délaissant le nucléaire au profit du gaz tandis que la France semble vouloir renforcer son programme nucléaire en lançant la construction de nouvelles centrales.

    Pourquoi une « Taxonomie » des énergies vertes ?

    En classant les énergies en fonction de leurs émissions de CO2, la commission européenne souhaite mettre un peu d’ordre et créer des références communes à l’ensemble des pays de l’UE. Le but étant d’orienter les investissements financiers, publics et privés, vers les sources d'énergie qui permettront d’atteindre les objectifs de neutralité. La commission crée ainsi des indices avantageux et incite les agences de notations à favoriser les investissements les plus sûrs. Une centrale à charbon bénéficiera ainsi d’un indicateur moins avantageux et son coût de financement se sera plus élevé.

    Si le texte est validé au cours du 1er semestre par au moins 20 des 27 états membres, il pourrait être mis en application dès le début de l’année prochaine marquant ainsi une véritable orientation de l’Europe vers le développement du gaz et du nucléaire dans les 30 années à venir.

    09 88 90 39 71
    Profitez de nos offres partenaires
    Service rapide
    RAPIDE

    Nos conseillers sont disponibles immédiatement

    Démarches simples
    SIMPLE

    Nous vous accompagnons dans vos démarches : souscription, résiliation

    Service rapide
    GRATUIT

    Notre service est entièrement gratuit

    Retour haut de page