Le prix de l’électricité en France

Si le prix du kWh en France est relativement stable, le montant global des factures est en constante augmentation, et cette hausse est en train de s’accélérer. Le prix de l’électricité en France n’est donc pas seulement constitué du tarif de vente du kWh, mais comprend aussi un abonnement, des taxes et des contributions, qui sont elles en augmentation. Quel est le prix moyen de l’électricité ces dernières années, et comment ce tarif est-il établi ?

Évolution du prix de l’électricité en France ces dernières années

Tous les ans aux mois de janvier et août, la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) fixe le prix de l’électricité en France. Le gouvernement dispose de trois mois pour s’opposer aux nouveaux tarifs.

Entre 1985 et 2005, les tarifs de l’électricité sont restés relativement stables, alors que l’inflation (l’indice des prix à la consommation) était d’environ 15 % par an. Mais depuis 2005, les tarifs sont à la hausse. Ainsi, entre 2005 et 2016, on note une augmentation d’environ 30 % du prix de l’électricité, soit le double de l’inflation sur la même période (environ 15 %). Si l’électricité reste à ce jour l’énergie la moins chère, son prix est en constante augmentation. Les causes en sont multiples, mais elle est principalement due à l’augmentation des taxes.

prix electricite france

Prix moyen de l’électricité en France de 2015 à 2018

Pour un abonnement au tarif bleu EDF (tarifs réglementés de base) et une puissance souscrite de 6kVA, la plus courante pour les ménages français, les prix moyens de l’électricité entre 2015 et 2018 sont les suivants :

  • 1er août 2015 : 14.67 ct € kWh. Abonnement : 7.36 € TTC/mois
  • 1er janvier 2016 : 15.03 ct € kWh. Abonnement : 7.36 € TCC/mois
  • 1er août 2016 : 14.49 ct € kWh. Abonnement : 8.04 € TTC/mois
  • 1er août 2017 : 14.66 ct € kWh. Abonnement : 8.39 € TTC/mois
  • 1er août 2018 : 14.50 ct € kWh. Abonnement : 9.21 € TTC/mois

On constate que le tarif de l’électricité à proprement parler subit de légères variations, mais reste relativement stable sur la période. La part qui augmente considérablement est celle de l’abonnement, sur laquelle le fournisseur n’a pas la main.

prix electricite france

Ce qu’inclut le prix de l’électricité en France

Quel que soit le fournisseur d’énergie, la facture d’électricité est toujours composée de trois éléments : la consommation proprement dite (35 % de la facture), son acheminement, c’est-à-dire l’utilisation des réseaux (30 % de la facture), et les taxes et contributions (35 % de la facture).

La consommation est la partie sur laquelle le fournisseur peut jouer sur les prix pour entrer en concurrence avec les autres fournisseurs. Le Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE) est fixe, et est déterminé par les pouvoirs publics sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). C’est un tarif régulé, indépendant du fournisseur, qui le perçoit et le reverse au distributeur Enedis. Enfin, la dernière part, celle des taxes et contributions, est fixe aussi. Les taxes et contributions sont au nombre de quatre :

  • La Contribution tarifaire d’acheminement (CTA) finance l’assurance vieillesse du personnel lié à l’industrie électrique.
  • La Contribution au service public d’électricité (CSPE) a pour mission de financer la mise à niveau et la maintenance du parc nucléaire, de soutenir le développement des énergies renouvelables, et de développer les réseaux de transport de l’électricité.
  • La Taxe sur la consommation finale d’électricité (TCFE) est une taxe locale déterminée par les communes et les départements. Elle varie donc géographiquement.
  • Enfin, la TVA s’applique avec un taux de 5.5 % sur l’abonnement HT et la CTA, et avec un taux de 20 % sur le reste de la facture (prix de l’électricité HT, CSPE, TCFE).

L’augmentation du prix de la facture d’électricité en France s’explique principalement par l’augmentation de la CSPE, qui finance la lutte contre le vieillissement du parc nucléaire français, le développement du réseau intelligent (smart grid) et l’intégration des énergies renouvelables.