09 88 90 39 71
Profitez de nos offres partenaires
Accueil » Actualités » Le gouvernement anticipe la pénurie d’énergie et dessine une série de mesures

Le gouvernement anticipe la pénurie d’énergie et dessine une série de mesures

Article mis à jour le 19 juillet 2022

« Gouverner, c’est prévoir... ». Le gouvernement français, comme ceux de nombreux pays européens, se prépare au pire : une coupure totale de l’approvisionnement en gaz russe. Il anticipe donc un certain nombre de mesures pour les mois à venir et en particulier pour les hivers prochains. Plusieurs options sont envisagées par le gouvernement. Elles portent sur la production et la consommation de l’énergie, mais aussi sur une série d’aides et d’accompagnements qui pourraient être proposés aux ménages, mais aussi aux entreprises.

Face à la pénurie, agir sur la production d’énergie

Pour compenser la baisse des importations, le gouvernement envisage une augmentation de la production domestique, ainsi que la diversification des sources et des mesures de stockage. A l’instar d’autres pays d’Europe, la France envisage une hausse de sa production d’énergie via une augmentation de la production de certaines centrales, qu’elles soient nucléaires ou à charbon. En ce qui concerne le nucléaire, la première ministre a indiqué que la production serait plus forte, au fur et à mesure de la remise en état des douze réacteurs (sur les cinquante-six français) actuellement inactifs en raison de la corrosion seront à nouveau actifs.

Côté charbon et malgré les effets néfastes sur l’environnement, la centrale de Saint-Avold en Moselle devrait être réactivée au cours de l’hiver prochain. Une mesure déjà prise en Allemagne, en Italie ou encore en Autriche qui vient de relancer une centrale désaffectée.

Le gouvernement souhaite enfin agir sur les stocks et l’approvisionnement en gaz. Pour Élisabeth Borne, la France devrait connaître des « tensions sur le gaz cet hiver ». Pour faire face à cette probable pénurie, l’État diversifie ses sources d’approvisionnement en augmentant notamment ses capacités avec le projet de terminal méthanier flottant du Havre. Mais aussi en en travaillant sur le stockage. Le gouvernement a ainsi demandé que les stocks soient établis à 100% avant le début de l’automne.

Plus de sobriété pour les ménages comme pour les industriels

Après l’appel lancé par les dirigeants des trois plus gros producteurs d’énergie en France (EDF, Engie et TotalEnergies), c’est au tour de l’État à appeler les Français à un peu plus de sobriété afin d’appréhender une période qui pourrait s’avérer compliquée. En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées disait un slogan après le choc pétrolier de 1973... et bien c’est un peu l’esprit que le ministre de l’Économie Bruno Lemaire a annoncé cette semaine en soulignant « l’imagination extraordinaire de la France en matière d’énergie ».

Le ministre en appelle surtout à plus de sobriété et demande à certains industriels de ralentir leur consommation pendant un certain temps, sans pour autant selon lui mettre en danger et « casser l’outil industriel. Plusieurs groupes de travail ont ainsi été créés pour réfléchir à des solutions de réduction de la consommation qu’il s’agisse des établissements recevant du public, des entreprises ou de l’administration. L’objectif est de définir une feuille de route pour de 10% la consommation d’énergie en 2024 par rapport à 2019.

Des aides ciblées pour remplacer le bouclier tarifaire

Le bouclier tarifaire, récemment reconduit jusqu’en 2023, et toujours considéré comme une mesure temporaire va bien prendre fin. Il devrait être remplacé par des aides plus ciblées sur les ménages les plus modestes, comme c’est le cas par exemple avec le chèque énergie ou les mesures envisagées à la rentrée pour remplacer la baisse générale de 18 centimes sur le litre de carburant. Le ministre de l’économie a donc confirmé que, comme le recommandait la CRE, une augmentation des tarifs de l’énergie aurait probablement lieu. Il a donc indiqué qu’il faudrait, à partir du 1er janvier aider « davantage ceux qui en ont besoin » et appliquer des augmentations à « ceux qui peuvent se le permettre ».

Reste à savoir quels seront les niveaux de ces hausses pour les ménages les plus aisés et la nature et le seuil des aides pour les plus modestes...

Sommaire
    09 88 90 39 71
    Profitez de nos offres partenaires
    Service rapide
    RAPIDE

    Nos conseillers sont disponibles immédiatement

    Démarches simples
    SIMPLE

    Nous vous accompagnons dans vos démarches : souscription, résiliation

    Service rapide
    GRATUIT

    Notre service est entièrement gratuit

    Retour haut de page