Le Guide de l'énergie » Total se rebaptise TotalEnergies
09 88 90 39 71
Profitez de nos offres partenaires

Total se rebaptise TotalEnergies

Article mis à jour le 11 mai 2021
Sommaire :

    TotalEnergies, pour une transition énergétique

    Ce n’est pas une première pour le groupe français qui a souvent changé de nom pour illustrer son évolution. À la fin du mois de mai, Total s’appellera TotalEnergies, après validation de ses actionnaires. L’annonce de ce nouveau baptême est intervenue mardi 9 février en complément de la présentation des résultats mitigés de l’entreprise pour l’année 2020.  

    En optant pour TotalÉnergies, l’enseigne marque cette fois un tournant symbolique important pour mettre en exergue ses investissements dans les énergies renouvelables. Ce positionnement entérine une diversification de l’activité déjà entamée, en réponse à des pressions importantes.

    Les pressions multiples à l’origine de ce nouveau profil

    La réduction de l’empreinte carbone s’impose comme un fil conducteur devenu inévitable. C’est pourquoi la transition du groupe pétrolier s’inscrit dans un phénomène comparable au niveau mondial. Comme l’a mentionné Patrick Pouyané, PDG de Total, son groupe « passe à une stratégie pilotée par la demande ».

    La mutation du marché des énergies prend en effet une amplitude généralisée vers les sources durables sous les pressions multiples qui poussent les producteurs d’hydrocarbures, et d’autres, à se réinventer :

    • la société civile et les ONG, sensibles aux questions environnementales, sont mobilisées pour lutter contre le changement climatique ;
    • les investisseurs et les fonds d’investissements, conscients de ces exigences vertes, poussent les entreprises à se verdir dans des délais accélérés ;
    • les banques, elles-mêmes redevables envers leurs propres actionnaires, se détournent irrémédiablement des projets tournés vers les énergies fossiles ;
    • enfin la Bourse donne désormais sa préférence à des groupes très actifs dans les énergies renouvelables. En témoignent Iberdrola (Espagne) ou Enel (Italie) qui s’alignent au poids de Total avec des bénéfices pourtant bien inférieurs.

    Total change de braquet…

    Pourquoi TotalEnergies ? En accolant ce suffixe au pluriel, le pétrolier français souhaite focaliser l’attention sur son nouveau profil multi-énergies.

    Elle substitue déjà pour partie le gaz, qui émet deux fois moins de CO2, au pétrole. Le poids de cette ressource moins polluante va passer de 5% à 15% dans le chiffre d’affaires. Mais ces deux postes représenteront encore la majeure partie des revenus de Total dans dix ans. Et ce sont précisément ces revenus qui seront au service de la transition énergétique.

    Ainsi, l’entreprise entend désormais se consacrer à une production multi-énergie, en intégrant les renouvelables. « Le profil de Total va profondément changer », c’est en ces termes que Patrick Pouyané, son PDG, l’a annoncé, avant de préciser : « L’année 2020 constitue une année charnière pour la stratégie du groupe et l’expression de son ambition d’aller vers la neutralité carbone, en phase avec la société. ». Pour ce faire, il prévoit l’arrêt de la croissance du volet pétrolier qui devrait se cantonner à 30% de l’activité de Total en 2030, contre plus de la moitié actuellement. La firme s’appuiera donc sur les secteurs du gaz naturel liquéfié (GNL), où le groupe est déjà second au rang mondial), de l’électricité et des énergies renouvelables. Il répondra ainsi à un double objectif : plus d’énergies, moins d’émissions… La science et la démographie en ont décidé ainsi !

    TotalEnergies confirme sa mise au vert !

    Par conséquent, la transformation de l’entreprise en un groupe multi-énergies se traduit par de lourds investissements dans les énergies vertes. Ils atteignent déjà deux milliards par an, soit 20% des investissements, dans les domaines du solaire, de l’éolien offshore, du biogaz ou de l’hydrogène vert. Sur ce dernier, Total est déjà à l’initiative du plus gros site de production de l’Hexagone. Et d’ici à 2030, le groupe injectera encore 60 milliards de dollars dans les renouvelables. Il se montre aussi friand des prises de participation dans le secteur, comme le démontre son entrée au capital du géant indien du solaire Adani, à hauteur de 20%.

    Objectif de TotalÉnergies en termes de production : passer des 7 gigawatts actuels à 10 dès cette année, puis 35 en 2025 et 100 à l’horizon 2030. Total vise la neutralité carbone en 2050 et l’accompagnement simultané de ses clients dans un processus de décarbonisation des énergies.

    S’engager dans la transformation mondiale du système énergétique… Voilà une belle réponse aux obstacles rencontrés par le groupe depuis le début de la pandémie !

    09 88 90 39 71
    Profitez de nos offres partenaires
    Service rapide
    Rapide

    Nos conseillers sont disponibles immédiatement

    simple
    Simple

    Nous vous accompagnons dans vos démarches : souscription, résiliation

    Service gratuit
    Gratuit

    Notre service est entièrement gratuit

    economique
    Et en plus

    Faites jusqu'à 10 % d'économies sur votre facture

    Retour haut de page