09 88 90 39 71
Profitez de nos offres partenaires
Accueil » Actualités » La hausse des prix de l’électricité va-t-elle impacter la voiture électrique ?

La hausse des prix de l’électricité va-t-elle impacter la voiture électrique ?

Publié le 19 septembre 2022

En 2035, les constructeurs ne devront plus produire une voiture thermique en Europe. La voie vers le tout électrique est ouverte et c’est le sens de l’histoire ! Les ventes de voitures électriques sont en forte croissance et certains constructeurs ont d’ores et déjà abandonné la production de véhicules à moteur thermique.
L’un des principaux arguments de vente des constructeurs et des pouvoirs publics, au-delà de ses vertus écologiques, réside aussi dans les économies générées par rapport à l’essence ou au diesel.

Seulement voilà, depuis plusieurs mois, l’électricité a vu ses tarifs s’envoler. Et l’on en est à se demander si le fait de rouler électrique ne pourrait pas couter plus cher que de rouler à l’essence, sans compter les risques de coupure électrique cet hiver et par conséquent, de panne (électrique) sèche !

La voiture électrique : plus économique à la maison que sur l’autoroute

Elisabeth Borne a confirmé la semaine dernière le maintien du bouclier tarifaire en 2023. L’électricité subira quand même une hausse de 15% maximum, soit environ 20 € par mois en moyenne pour les ménages français. Recharger sa voiture à son domicile restera donc compétitif par rapport à l’essence ou au diesel, et ce même en cas de baisse de ces types de carburant.
Les bornes publiques en revanche ne bénéficient pas du bouclier tarifaire, il est donc possible que certaines hausses importantes soient répercutées sur le kWh de ces points de recharges rapides. Il est déjà aujourd’hui beaucoup plus cher de recharger sa voiture sur l’autoroute par exemple, par rapport à son domicile. Compte tenu des usages très urbains de la voiture électrique, la très grande majorité des recharges sont effectuées à la maison. Elle demeure donc dans ce cadre plus compétitive qu’un véhicule thermique.

Un risque de coupure bien réel mais évitable

Elisabeth Borne l’a rappelé dans son discours la semaine dernière. Les risques de coupures d’électricité sont peu probables, mais bien réelles. RTE, le gestionnaire du réseau électrique français, a présenté des prévisions pour la période allant du 15 octobre au 15 avril 2023. Le risque de saturation du réseau pouvant intervenir dès le mois d’octobre. Le système français a donc été placé par RTE sous « vigilance renforcée », un niveau encore jamais atteint en France. En cas de trop fortes tensions, RTE n’exclut pas des recours à des délestages, des coupures d’électricité temporaires. Cette situation pourrait intervenir en cas de conditions météorologiques rudes.

RTE rappelle qu’il y a assez d’électricité pour tout le monde. Des mesures de sobriété prises par les entreprises et les particuliers pourront aider à limiter ces risques de black-out. Il sera donc demandé aux conducteurs de voitures électriques de ne pas brancher leur véhicule en rentrant le soir, mais de décaler sa recharge plus tard dans la nuit. Ce petit geste permettra de limiter les consommations aux heures pleines.

Des offres adaptées aux conducteurs de voitures électriques

Les opérateurs n’ont d’ailleurs pas attendu ces fortes tensions sur le réseau électrique pour proposer à leurs clients des offres adaptées à ces nouveaux usages. Des fournisseurs d’énergie comme EDF ou TotalEnergies par exemple, proposent des offres « heures creuses » qui permettent de recharger sa voiture la nuit pour beaucoup moins cher.

Sommaire
    09 88 90 39 71
    Profitez de nos offres partenaires
    Service rapide
    RAPIDE

    Nos conseillers sont disponibles immédiatement

    Démarches simples
    SIMPLE

    Nous vous accompagnons dans vos démarches : souscription, résiliation

    Service gratuit
    GRATUIT

    Notre service est entièrement gratuit

    Retour haut de page