Un conseiller disponible au
Le Guide de l'énergie » MaPrimeRénov’ fait peau neuve

    MaPrimeRénov’ fait peau neuve

    Le gouvernement avait déjà lancé le dispositif MaPrimeRénov’ en début d’année 2020 afin de remplacer le CITE (Crédit d’impôt transition énergétique), jugé trop peu accessible. Considérée elle aussi comme trop restrictive, MaPrimeRénov’ a pris une place de choix au centre du plan de relance du gouvernement qui y consacre 2 milliards d’euros supplémentaires pour 2021 et 2022. Son double objectif : raviver le secteur du bâtiment et accompagner la transition énergétique. Le ministère délégué au Logement a dévoilé les contours de sa version améliorée lundi 5 octobre, que nous résumons ici.

    La généralisation des bénéficiaires de MaPrimeRénov’

    Initialement, la prime était réservée aux propriétaires occupant disposant de revenus modestes ou intermédiaires. A compter du 1er janvier prochain, ce coup de pouce financier pour diligenter des travaux d’amélioration énergétique sera ouvert à tous les propriétaires en résidence principale, quel que soit leur niveau de revenus. De plus, les bailleurs deviennent également éligibles à MaPrimeRénov’ dans sa version étendue, tout comme les copropriétés.

    L’unique exigence réside dans le choix du professionnel qui supervisera les travaux de rénovation : il doit impérativement être référencé dans les entreprises dites RGE (reconnues garantes de l’environnement).

    Au final, seules les résidences secondaires demeurent exclues du dispositif.

    A noter enfin, MaPrimeRénov’ peut se cumuler avec d’autres types de primes telles que les CEE (certificats d’économie d’énergie). D’ailleurs, l’outil Simul’Aid€s (lien vers https://www.faire.gouv.fr/aides-de-financement/simulaides) mis à disposition sur le site Internet dédié permet de connaître le type d’aides disponibles selon votre profil.

    Les nouveaux barèmes

    Pour commencer, c’est le revenu fiscal du dernier avis d’impôt qui détermine la catégorie du ménage. Mais la nature des travaux (isolation, ventilation, chauffage etc.) fait également varier le montant de la prime allouée. Concrètement, à chaque type de travaux correspond une somme forfaitaire qui évolue selon les revenus.

    MaPrimeRénov’ se décline désormais en quatre couleurs (bleu, jaune, violet, rose), concernant les foyers les plus modestes aux plus aisés. De plus, ces grilles d’attribution plafonnent le montant de l’aide attribuée. Ainsi, MaPrimeRénov’ bleue ne financera pas plus de 90% du montant des travaux, quand sa version jaune pourra atteindre 75%, la violette 60% et la rose 40%.

    Pour compléter cette base, des bonus sont mis en place pour stimuler des travaux d’envergure permettant :

    – de classer le logement en catégorie A ou B sur l’étiquette énergétique du DPE ;

    – d’écarter les catégories F et G qui caractérisent les passoires thermiques sur ce même DPE ;

    – d’effectuer une rénovation globale, définie par un gain énergétique de 55%.

    Les modalités de la demande

    Pour vous renseigner précisément quant à vos droits à MaPrimeRénov’, rendez-vous sur le site du gouvernement (lien vers https://www.maprimerenov.gouv.fr/prweb/PRAuth/BPNVwCpLW8TKW49zoQZpAw%5B%5B*/!STANDARD)

    Vous pourrez faire votre demande en ligne en créant un compte pour renseigner les informations relatives à votre ménage et aux travaux souhaités. Vous devrez logiquement fournir les devis et le détail des autres aides obtenues, le cas échéant. Toutes ces pièces justificatives devront être numérisées et téléversées en version PDF.

    Une fois votre demande déposée en ligne, l’ANAH confirmera l’attribution de principe de votre prime. Puis vous diligentez les travaux et demanderez sa perception effective avec votre facture à l’appui. La prime vous permettra enfin de régler l’entreprise agréée.

    Un conseiller disponible au
    Retour haut de page